La Profession de Foi

Quelle est l’origine de la cérémonie de Profession de Foi ?

Cette cérémonie est récente, elle a succédé à la cérémonie de la « Communion solennelle ».

Celle-ci a elle-même une histoire complexe. A partir du XVIIème siècle, sous l’influence notamment de saint Vincent de Paul, la première communion a pris en France la forme d’une cérémonie solennelle à la fin du catéchisme. Puis elle est devenue au XIXe siècle un rite de passage de l’enfance à l’âge adulte.

Lorsque le pape Pie X en 1910 demanda qu’on admette à l’Eucharistie les enfants dès « l’âge de raison » vers 7 ans, on appela cette première communion « communion privée » et on continua à célébrer la « communion solennelle » vers 12-13 ans couronnement de l’enfance et du catéchisme.

Dans les années 1950-1960, la communion solennelle devient une profession de foi en lien avec la profession de foi baptismale de la vigile pascale. L’aube remplace les tenues antérieures. L’aube avec la croix et le cierge symbolisent l’aspect baptismal de la communion solennelle.

Puis à partir des années 1970, la cérémonie n’est plus appelée « communion solennelle », mais Profession de foi. Dans certaines aumôneries, on l’appelle « fête de la foi » mais il faut mieux maintenir le terme de Profession de foi.

La profession de foi telle qu’elle est vécue en France et en Belgique n’existe pas dans les autres pays. C’est une tradition française qui est importante puisqu’elle permet au jeune enfant d’affirmer lui-même la foi que les parents et parrain et marraine ont proclamé pour lui lors de son baptême.

Quelle différence y a-t-il entre la profession de foi et la communion solennelle ?

La « Profession de foi » a remplacé la « communion solennelle ». Cependant les deux cérémonies ont un sens assez différent. La communion solennelle était centrée sur l’eucharistie, c’était l’ancienne première communion. La profession de foi est centrée sur le baptême. Elle consiste principalement dans le renouvellement personnel des promesses du baptême avec l’aube et le cierge qui sont deux signes symboliques du baptême : le vêtement blanc et la lumière.

Aspect religieux et aspect social de la profession de foi

La « Profession de foi » comporte un aspect religieux et un aspect social. Ce n’est pas un sacrement, mais un temps fort qui permet aux jeunes de réfléchir sur leur foi et une célébration qui compte pour les parents. C’est en même temps une fête familiale, un rite social d’accès à la responsabilité personnelle, un rite de passage de l’enfance à l’adolescence.

Tout en étant un temps fort au point de vue religieux, la profession de foi est pour la majorité des jeunes leur dernier acte religieux avant leur mariage à l’église, c’est la fin de leur pratique dominicale en même temps que la fin du catéchisme. Cependant au moment de leur préparation au mariage on constate le plus souvent que la foi les a profondément marqués. Cela est bien dommage puisqu’en agissant ainsi, on oublie le sacrement de la confirmation.

La profession de foi est une célébration au cours de laquelle des enfants renouvellent en leur nom propre l’engagement pris pour eux par leurs parents à leur baptême.

La préparation a la profession de foi – Quand se fait la profession de foi ?

Elle a lieu au terme d’un parcours de catéchèse dans le cadre de leur groupe d’aumônerie ou de collège. C’est une étape dans l’itinéraire qui conduit nombre de jeunes baptisés du baptême reçu petit enfant à la confirmation C’est en général en classe de 6éme ou de 5éme que les aumôneries invitent les jeunes à faire leur profession de foi.

La retraite de profession de foi

Pour se préparer à la profession de foi, les jeunes participent à une retraite de 2 ou 3 jours, souvent dans une maison religieuse ou un monastère. C’est un temps fort de rencontre, de réflexion et de prière. On propose aux jeunes différentes démarches : un approfondissement de la foi et une réflexion sur le sens des sacrements de baptême, de réconciliation et de l’eucharistie.

Pendant la retraite, on participe à la messe et on est invité à recevoir le sacrement de pénitence. La retraite se termine par la rédaction d’un texte de profession de foi personnelle. La participation à la retraite est essentielle car la profession de foi n’est pas seulement une cérémonie, mais un engagement personnel qui doit être préparé par la réflexion, par la prière et par une rupture avec la vie quotidienne. Si on a des raisons sérieuses qui empêchent de participer à la retraite, on peut reporter la profession de foi à l’année suivante. Dans la vie, on est souvent obligé de faire des choix qui sont parfois pénibles.

 

paroisse-de-meru-jpg

————–
accueil