Jésus, vrai homme et vrai Dieu ?

 

Vous les chrétiens, vous croyez que Jésus est à la fois un homme et Dieu… Explique-moi cette drôle de croyance !

« Lui, le Fils de Dieu, s’est fait vraiment homme, notre frère, sans pour autant cesser d’être Dieu » : voilà ce qu’écrit le catéchisme catholique à propos de Jésus-Christ.

Pourtant, Jésus est un homme comme toi et moi !

Jésus est né il y a 2000 ans à Bethléem, près de Jérusalem. Sa mère Marie et son père adoptifs Joseph, l’ont éduqué dans la foi juive. Jusqu’à 30 ans, Jésus a vécu une vie ordinaire. C’est alors qu’il a commencé à parcourir le pays d’Israël pour annoncer la venue de Dieu. Jésus parlait de Dieu d’une manière extraordinaire et il accomplissait des guérisons surprenantes. Tout le monde se demandait : « Qui est cet homme étonnant ? Comment est-il aussi proche de Dieu ? » … ses disciples, eux, ont commencé à comprendre qu’en voyant Jésus, ils voyaient le reflet de Dieu.

Mais un homme qu’on prend pour un dieu, c’est le gourou d’une secte…

Jésus ne s’est jamais comporté en « gourou » : il est resté pauvre, n’a jamais agi par intérêt personnel ni cherché à dominer. Un jour, Jésus a demandé à ses disciples : « Pour vous, qui suis-je ? ». Pierre a alors exprimé librement sa foi en répondant : « Tu es le Messie, le Fils de Dieu ».

Comme tous les croyants, ils attendaient un « Messie » qui règlerait tous leurs problèmes !

A l’époque, Israël était occupé par Rome et beaucoup de juifs attendaient un libérateur envoyé par Dieu, le « Messie » (mot traduit en grec par « Christ »). Ce Messie puissant vaincrait les Romains. Mais Jésus, au contraire, s’est présenté comme un Messie humble, venu pour servir : il est né dans une étable, il côtoie les pauvres, il refuse la violence. Cela nous oblige à remettre en question nos idées sur Dieu !

Jésus refusait la puissance, mais alors quelle « preuve » de sa divinité a-t-il donné ?

Jésus parlait avec sagesse de la Loi juive*, comme les rabbins… Puis il a fait des gestes étonnants, les miracles, comme les prophètes**. Tout cela restait encore au niveau d’un homme religieux exceptionnel. Il est alors allé beaucoup plus loin : Jésus a guéri un homme paralysé et surtout pardonné ses péchés, selon la foi juive, Dieu seul peut faire cela ! Il a déclaré qu’il était maître de la Loi, Dieu seul peut faire cela ! Tout cela, ses disciples l’ont compris peu à peu… sans réussir encore à croire complètement.

Qu’est-ce qui leur manquait pour croire ?

Jésus, cet homme qu’ils ont suivi, qu’ils ont écouté avec ses paroles si différentes et si éclairantes, qu’ils ont vu à l’œuvre, qu’ils ont vu à l’œuvre avec ses guérison, qu’ils ont vu prier, qu’ils ont pourtant abandonné lors de son arrestation… cet homme, les disciples l’ont rencontré vivant, ressuscité, après sa mort : ils ont alors reconnu que jésus est le Fils de Dieu, depuis toujours et pour toujours.

Si Jésus est le « Fils de Dieu », alors il remplace Dieu ?

Pas du tout ! Jésus appelait Dieu son « Père » et même « papa », ce que personne ne faisait alors. Il a toujours dit : je viens faire la volonté de Dieu mon Père, parce que je suis uni à lui d’une manière unique. A Noël, ce n’est pas seulement la naissance d’un homme célèbre que nous fêtons, mais celle du Fils de Dieu venu sur terre.

« Fils de Dieu »… alors Dieu a un enfant ? Bizarre !

Jésus utilise ces mots humains pour faire comprendre sa relation unique avec son « Père » céleste. Dieu est invisible mais Jésus nous le fait voir : il est le visage de Dieu sur terre, la Parole de Dieu parmi nous, « en lui Jésus, dans son propre corps, habite la plénitude de la divinité ». Jésus lui répond : « Tu ne m’as pas encore reconnu ! Celui qui m’a vu a vu le Père ».

Mais j’ai l’impression que cette « reconnaissance » n’est pas partagée par tous…

C’est vrai. Aucune autre religion n’ose affirmer cela ! Cette découverte s’oppose à ce que nous pensons spontanément de Dieu, Pour beaucoup, Dieu est loin, dans les nuages : il ne peut pas venir sur terre partager notre vie. Pourtant, la foi chrétienne affirme : « Par l’Esprit saint, le Fils a pris chair de la vierge Marie et s’est fait homme ». Il a tout partagé de notre condition humaine, sauf le péché.

Tu dis que jésus n’a jamais « péché » : il n’était pas complètement humain alors !

Le péché, c’est ce qui nous fait « chuter », ce qui s’oppose à l’Amour tel que Dieu nous le propose : le don de soi, la fidélité, le pardon. Jésus a été tenté, mais il n’a jamais commis le mal car l’Amour de Dieu l’habite totalement. Et nous ? Faut-il commettre le mal pour être humain ? Quelle triste idée ! Au contraire, Jésus nous apprend qu’être vraiment humain, c’est lutter contre tout ce qui fait « chuter », c’est découvrir que Dieu nous rend capables d’aimer totalement.

Encore un problème : si Jésus est le Fils de Dieu, il ne peut pas mourir…

Les disciples ont dû penser cela aussi ce vendredi où Jésus est mort sur une croix, comme un bandit. Quel échec en apparence ! Pourtant le dimanche suivant, les disciples rencontrent Jésus ressuscité, rempli d’une vie nouvelle, la vie éternelle de Dieu. Alors ils comprennent que Jésus est vraiment le Fils de Dieu. C’est ce témoignage fondamental que les chrétiens transmettent et qui leur fait voir la vie autrement…

En quoi cela fait voir la vie autrement ?

La vie n’est plus arrêtée par la mort. En ressuscitant Jésus, la force de l’amour de Dieu a vaincu la mort ! Les disciples, se souvenant de tout ce qu’ils avaient vécu avec Jésus, ont pris conscience que cette force de Dieu l’avait toujours habité. Tout devenait clair ! Le refus de Jésus d’une puissance guerrière, sa préférence pour les malades et les rejetés, même son acceptation de la mort sur la croix, révèlent la puissance de l’Amour de Dieu. Si j’ouvre mon cœur, cette puissance agira aussi dans ma vie.

Je ne comprends pas tout… toi aussi, tu sembles chercher à comprendre ce que tu crois…

Ma foi chrétienne semble « incroyable », et pourtant je crois encore, de plus en plus. Elle me questionne sans cesse, c’est le mystère d’une Présence, à explorer plus qu’à résoudre. Jésus m’invite à reconnaître Dieu comme un « Père » aimant et à reconnaître tout homme comme un frère à respecter. Cela me pousse à essayer de construire un monde plus humain, plus digne de Dieu. Du moins, je l’espère…

*Loi : Les « dix commandements » et d’autres règles, donnés par Dieu au peuple juif par l’intermédiaire de Moïse.
**Prophète : homme qui reçoit un message divin à transmettre.

Source : Site du diocèse de Nanterre

————–
accueil