Aller au contenu principal

-Arnaud Beltrame a offert sa vie pour que s’arrête la mort

« Cher Monseigneur, chers frères et sœurs,

Vous savez tous la joie que j’ai eue d’être aux côtés du colonel Arnaud Beltrame avec Marielle, sa fiancée et déjà civilement son épouse, il y a cinq jours, à l’hôpital. Nous étions réunis tous les trois comme pour leur mariage que je devais bénir bientôt, et c’est l’ultime onction du sacrement des malades que nous avons célébrée à la place, pour un héros qui fait l’admiration de tous.

Louons le Seigneur pour la force qu’il a mise en ce cœur d’homme et d’officier. Son excellente forme physique impressionnait ses hommes. Il venait souvent me voir en tenue de randonneur. Vous savez sa belle carrière militaire. Mais, plus important que tout, il ne cachait à personne la joie que Dieu lui avait offerte en redécouvrant la foi catholique vers ses 33 ans, entraînant sa première communion et le sacrement de confirmation il y a neuf ans seulement. Nous parlions beaucoup de conjugalité, d’évangélisation, du diable ou autre. Il avait soif de savoir et de comprendre.

Intellectuellement brillant, il a suivi une préparation au mariage exigeante avec un sérieux qui force mon admiration. Marielle et lui venaient chaque mois à des rencontres de couples à Narbonne ou à l’abbaye de Lagrasse. Arnaud nous a marqués par sa vivacité, sa joie contagieuse et sa capacité d’entraînement. Loquace, il était presque bavard… Je devais parfois l’interrompre pour que Marielle puisse s’exprimer… et il le faisait avec un tendre sourire vers elle. Car ce soldat, ce chuteur opérationnel, ce gendarme d’élite fondait devant celle qu’il aimait et débordait d’attentions délicates, de mots gentils. J’en ai été cent fois témoin.

Sa déclaration d’intention pour le mariage catholique que je devais célébrer le 9 juin prochain près de Vannes est admirable. Marielle ne souhaite pas que soit rendue publique cette lettre ultime. Sachez que ce texte écrit seulement quatre jours avant sa mort héroïque, prouve son adhésion inconditionnelle et fervente à toute la foi catholique et à sa tradition, qu’il y prie en particulier Notre Dame avec gratitude, qu’il demande l’aide de saint Michel et prend saint Joseph pour modèle.

Bénissant sa maison le 16 décembre dernier, j’avais été frappé de la décoration manifestant sa foi et sa passion pour l’histoire et la gendarmerie. Mais plus encore, par le fait qu’il avait réservé une pièce pour en faire un oratoire. Nous y avons prié tous les trois. Imitez-le ! Faisons une place dans nos vies à la prière !

Les jours saints que nous vivons rappellent le Sacrifice rédempteur du Christ. Louons le Seigneur de lui avoir permis d’imiter Jésus, de vivre qu’ « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » (Jn 15, 13). Arnaud savait le risque fou qu’il prenait en se livrant comme otage du terroriste. Il l’a fait pour sauver une vie, plusieurs peut-être, car tel était son engagement d’officier de gendarmerie et de chrétien.

Je crois qu’il a offert sa vie pour que s’arrête la mort. La croyance du djihadiste lui ordonnait de tuer. La foi chrétienne d’Arnaud l’invitait à sauver, en offrant sa vie s’il le fallait. Arnaud est-il un saint au Ciel, un pécheur au purgatoire ou un damné en enfer, comme le pensent les partisans de son meurtrier ? Nous avons grand espoir qu’il nous regarde et intercède pour nous, mais Dieu seul le sait. Quoi qu’il en soit, prions pour lui et les autres victimes de cette tragédie. Prions pour son assassin et ses complices.

Le colonel Beltrame était convaincu qu’on ne peut pas lutter contre une idéologie uniquement avec des armes et des ordinateurs. On ne peut la vaincre durablement qu’avec des convictions spirituelles. La foi catholique qu’il a redécouverte, les merveilles chrétiennes de l’histoire de France qui le passionnaient, sont le meilleur bouclier contre la folie des convictions assassines qui tuent et veulent tuer encore.

Alors, avec Arnaud et comme lui, soyons prêts au sacrifice de nos vies pour l’amour de nos frères ! « Là où est la haine, mettons l’amour. Là où est le doute, mettons la foi. Là où est le désespoir, mettons l’espérance ». Ainsi soit-il !

Père Jean-Baptiste, chanoine régulier à l’abbaye Sainte-Marie de Lagrasse (Aude).  Messe du 28 mars à St Sulpice (Paris)

 

Non classé