Aller au contenu principal

-Ras le bol !

Au moment d’entrer dans le temps de l’Avent, là devant vous, je veux pousser un cri : Ras le bol ! Bien sûr, je sais qu’il ne reste que sur le papier mais ça soulage quand même !

Oui, ras le bol ! Ras le bol de ces rayons éventrés des supermarchés qui répandent impudiquement leurs tripes de joujoux grip sous, de chocolats infectes, de galantines et boudins à vomir. Le tout évidemment saupoudré d’étoiles givrées, de dorures kitchs et de sapins transgéniques.

Ras le bol encore de ces ventripotents vieillards pochetrons, rouges des bottes à la hotte. Ras le bol de ne pouvoir mettre le nez dehors sans croiser le leur à tout coin de rues ou de façades… ce si petit papa Noël qui descend surtout des tiroirs caisses et qui ferait bien d’y rester !

Ras le bol du folklore édulcoré ! De ces « clochettes qui tintent » dans le vide et en Anglais, de ces rengaines abrutissantes. De ces friandises de partout et de nulle part, collant aux dents et à l’esprit.

Ras le bol de ces angelots souriants aussi joufflus que débiles, le regard niais et les attributs à l’air qui, loin de chanter dans nos campagnes, nous plongent dans le néant.

Ras le bol de ce sentimentalisme mielleux qui vante l’hypothétique magie de Noël, la larme de crocodile au coin des yeux, devant un chaton désarmant, tout en laissant les migrants grelotter dans les rues enguirlandées.

Oui, Ras le bol de ce consensus totalitaire qui étouffe. Jusqu’à Poitiers, où on ne fait pas le paon à moitié, en renommant l’amas des stands de babioles, tenez-vous bien : le marché de Lëon ! Le ridicule à son comble : juste l’ivresse et des flocons. La source est bouclée !

Chrétiens mes frères, osons un autre son ! Celui du silence où Dieu se donne dans la sombre nuit d’une humanité éblouie. Vidons le bol pour boire à la coupe que le Père des Cieux dépose en ce monde. En Avent !

Père Pascal Monnier

Pere pascal

Non classé